jeudi 2 mars 2017

[ Chronique ] • Alors vous ne serez plus jamais triste • Baptiste Beaulieu


Titre : Alors vous ne serez plus jamais triste
Auteur : Baptiste Beaulieu
Edition : Fayard
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 271

Résumé :


C’est l’histoire d’un médecin malheureux, qui ne se rappelle plus comment soigner depuis que sa femme est partie. Il a décidé de mettre fin à ses jours le soir même.
En se jetant dans un taxi pour régler quelques affaires à l’hôpital, il fait la connaissance de sa mystérieuse conductrice : une vieille dame excentrique capable de deviner quand les gens vont mourir, juste en les regardant dans les yeux. Pour convaincre le Docteur de revenir sur sa décision, elle exige sept jours durant lesquels il devra se soumettre à toutes ses fantaisies.
Le compte à rebours est lancé jusqu’à l’échéance finale. Qui gagnera du désespoir ou de la joie de vivre ? Que s’est-il passé dans la vie de cet homme pour qu’il en arrive là ? Qu’a vécu cette femme pour qu’elle prenne aussi violemment le parti de la vie et du bonheur ?
Avec une poésie joyeuse et une grande émotion, Baptiste Beaulieu imagine une merveilleuse rencontre entre deux êtres qui cherchent à réenchanter le monde.



Mon avis : 


Quelle merveilleuse histoire. Tragique, à la fois triste, drôle, belle et émouvante ...
Il s'agit d'un homme, un Docteur, qui depuis qu'il est veuf, a perdu le goût de la vie et ne se rappelle plus comment soigner. Un jour qu'il prend un taxi pour se rendre à l'hôpital afin de ranger de la paperasse, il tombe sur une vielle dame, Mamie-robe-de-soirée, comme il l'appelle, qui va lui faire cracher le morceau.
Il lui avouera alors qu'il a l'intention de se suicider le soir même. Après avoir discuté longuement avec elle, elle arrive à obtenir un délai. Voilà que notre docteur a pactisé avec le Diable, ou plutôt avec cette vieille folle qui dit s'appeler : Lady Sarah Madeline Titiana Elizabeth Van Kokelicöte. D'ailleurs, elle décide de renommer aussi le docteur, dorénavant, il s'appellera Théodore Arthur Mark. Mais finalement Mark tout court, c'est pas mal !! Pourquoi pas Teddy Bear ?! La vieille a tranché, il s'appellera Teddy Bear.
Au fil des jours, et avant le délai fatidique, elle s'occupe de lui faire changer d'avis sur son suicide et le met à l'épreuve en lui en faisant voir des vertes et des pas mûres... Notre Docteur va réellement se prêter au jeu, et une grande complicité va naître entre les deux protagonistes, mais cela sera-t-il suffisant pour dissuader le docteur de mettre fin à ses jours ? À vous de le découvrir...

Comme à chaque fois, je salue le grand travail de l'auteur et sa facilité déconcertante à traiter des sujets si durs et si tristes avec autant d'humour.
Merci Baptiste pour ce moment de plaisir.


Quelques extraits :

"Cette vieille sardine insista aussi pour lui tenir la main pendant que l'infirmière posait son cathéter.
- C'est inutile, je suis un grand garçon, je n'ai pas peur du sang, ironisa-t-il.
- Vous peut-être, mais moi oui ! Si quelqu'un se tranchait les veines devant nous, je fermerai les yeux et j'attendrais que ça sèche." 

" - Vous êtes folle.
Elle se caressa la tempe en riant.
- Cette affirmation n'est vraie que pour trois des quatre personnalités qui occupent mon crâne. La quatrième se demande si les pingouins ont des genoux. Allez, insista-t-elle, dites oui ! trente jours, vous, moi, la vie, les tartes au potiron, ce sera formidable ... "

" L'autre jour, j'ai relu son dossier personnel. Ca m'a donné une idée : avant d'être vieux, M. Coffre était militaire.
- Militaire ?
- Tu sais, le truc avec des uniformes, des capitaines, des trompettes, des talkies-walkies et des "Papa Ours à Maman Ours : le panda est dans le terrier, je répète : le panda est dans le terrier !". Le truc avec la guerre, et tout et tout. Il était militaire... Toute sa vie !"

" - Imaginez que vous vous trouviez devant Dieu, quelle question lui poseriez-vous ?
- J'imagine que je lui demanderais qui a vraiment tué Kennedy et pourquoi il nous sépare des gens que nous aimons.
Silence.
Dieu ne m'aime pas, pensa-t-il. De toute manière, Dieu n'aime personne.
- Et vous Sarah ?
Elle se pelotonna davantage au creux de son aisselle, indifférente à son odeur.
- Je lui demanderais où disparaissent les chaussettes dans la machines à laver. Comment il a réussi à se faire passer pour un homme aussi longtemps, alors que je sais bien, moi, que c'est une femme. Je la remercierais pour avoir inventé les biceps des Italiens, les cuisses des Allemands et le chou romanesco, qui sont les plus éclatantes démonstrations de son savoir-faire. Le romanesco ... soupira-t-elle. Ensuite, je me moquerais d'Elle à cause de la taupe au nez étoilé, un animal très laid que les scientifiques appellent Condylura Cristata, et qu'Elle a complètement ratée. Elle rira aussi parce qu'Elle a le sens de l'humour ... "

[ Chronique ] • Divergente, tome 3 • Veronica Roth




Titre : Divergente, tome 3
Auteur : Veronica Roth
Edition : Nathan
Nombre de pages : 468
Genre : Jeunesse, Science Fiction

Résumé :


Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis : ↓↓↓

La déception avec cette saga est de pire en pire.
Je pense qu’elle aurait dû s’arrêter au tome 2, et encore …
Je n’ai pas réussi à terminer le livre tellement je suis excédée par les personnages et la tournure des évènements.
Le couple Triss/Tobias devient juste infernal, ils passent leur temps à se mentir et se disputer. L'histoire aussi, elle est longue et plutôt ennuyante.
Afin de trouver la motivation de me replonger dans le tome 3, j’ai eu le malheur d’aller le voir au cinéma et résultat je n’ai pas non plus aimé le film.
C’est totalement décousu, rien à voir avec le livre. Déjà j’étais profondément dégoutée après le film 2 alors là, c’est le « pompon sur la Garonne » comme on dit chez moi !
Bref, j’ai décidé d’abandonner cette saga. Je vais tenter de lire le tome 4 étant donné qu’il reprend le tome un mais avec la vision de Tobias, et surtout parce que c’est réellement le seul des trois tomes que j’ai apprécié lire et voir au cinéma.
Je suis curieuse d'avoir vos avis sur le sujet. Vous avez, vous aussi, été déçus comme moi ?

Suite au dernier épisode…

mercredi 15 février 2017

[ Chronique ] • Un jour, nous parlerons la même langue • Esma Kemik



Titre : Un jour, nous parlerons la même langue
Auteur : Esma Kemik
Nombre de pages : 156
Éditeur : Couleur livres
Genre : Témoignage



Résumé :


Construire un visage, une identité, une vie

C’est l’histoire d’une jeune femme atteinte d’un syndrome rare, le syndrome de Treacher Collins. Esma est née avec une malformation du visage. Son combat est de mettre fin à une guerre de tous les instants et de dire : “Oui, j’ai gagné”. Mais Esma est face à un combat dur, lourd et long. Elle tient son visage en main comme un poids, mais aussi comme une puissance. D’abord, les opérations et les douleurs, les peurs et le stress, puis le retour dans les chocs de la vie et tou- jours se relever. Elle s’est toujours sentie comme une personne étrangère. Esma Kemik a écrit durant cinq ans le long cheminement de son accès à la vie.


Mon avis :

Encore une fois un grand merci à Babelio et son équipe, ainsi qu’aux éditions XXX pour cet envoi.
Ce témoignage d’une jeune fille, Esma, atteinte du syndrome de Treacher Collins est vraiment bouleversant. Le syndrome de Treacher Collins, ou dysostose mandibulofaciale, ou syndrome de Franceschetti-Zwahlen-Klein, est une maladie génétique se manifestant essentiellement par des malformations du visage.
Le nombre d’opérations qu’a subit cette jeune fille est très important, sans parler du fait qu’elle ait dû suivre une scolarité améliorée, louper l’école pour les opérations, subir le regard et les moqueries de gens.
Elle n’a jamais rien lâché, n’a jamais abandonné. Son roman témoigne clairement sa force et son goût de vivre.
Son manuscrit faisait 300 pages à la base et seulement XXX pages ont été sélectionnées, (faits les plus marquants de sa vie) et je trouve ça vraiment dommage. Je pense que l’on ne peut pas couper ce genre de témoignage comme ça, en choisissant de ne prendre que ce qui nous intéresse. Son roman témoigne clairement sa force et son goût de vivre.
J’ai pour ma part beaucoup aimé cette lecture, qui nous permet une grande remise en question sur nous-même et nos geigneries pour des petits bobos de rien du tout.

Je tire mon chapeau à cette jeune femme et lui souhaite tout le bonheur du monde, en espérant qu’elle puisse un jour atteindre son rêve, et qui n’est pas finalement, celui d’avoir un beau visage.

vendredi 3 février 2017

[ Chronique ] • Je te donne • Baptise Beaulieu, Agnès Ledig et Martin Winckler.


Titre : Je te donne
Auteurs : Baptiste Beaulieu, Agnès Ledif, Martin Winckler
Edition : Librio
Nombre de pages : 75
Genre : Nouvelles contemporaines

Résumé :

Été 2015. L’histoire d’une jeune Américaine, Rebecca Townsend, dix-sept ans, fait le tour du monde via le Web, puis la presse. À la suite de son décès accidentel, un incroyable mouvement de don et de solidarité voit le jour. Novembre 2015. Gaëlle rencontre Julien, qui semble bien pâle. Assis à la même table, ils se font rire, se sourient. Pourquoi sont-ils là ? Quel terrible événement a bouleversé leur existence ? Janvier 2051. Rachel, soixante-dix ans, donne son sang pour la dernière fois. Elle passe le flambeau à sa petite-nièce. Mais elle ne lui transmet pas seulement le désir de donner un peu d’elle-même ; avec ces années au centre de transfusion, ce sont aussi des dizaines d’histoires qu’elle confie à la jeune femme.

Mon avis :

Génialissime !!! 
Quand une sage-femme, un médecin et un médecin généraliste se rencontrent, cela donne trois petites nouvelles super sympathiques pour sensibiliser les gens aux dons du sang.
En partenariat avec l'EFS, (Etablissement Français du Sang), ils écriront ce petit recueil de 75 pages de plaisir.

Pour ce qui est de Baptise Beaulieu, je pense plutôt à cette belle histoire personnelle, bien que triste, qu'il nous a conté.
Agnès Ledig, et cette rencontre entre deux jeunes gens qui donnent leur sang, une femme ayant l'habitude, et un jeune homme un peu déboussolé qui donne son sang pour la première fois.
Et pour Martin Winckler, l'histoire de cette grand-tante qui donne son sang, et transmet à sa nièce l'importance de ce don.

" Je voudrais vous dire que je vous aime de tout mon coeur, et combien je suis sûr que les gens qu'on aime ne meurent jamais. Ils sont toujours là. Ils sont le doux et le sucré. Ils insufflent en nous le bon, le beau et le fort. Ils inspirent ce que nous sommes de franc, juste et vrai. Ils sont les bonnes décisions que nous prenons dans la vie. Ils sont le chocolat chaud qui nous attend au bas des pistes en hiver, le vent tiède sur nos joues au printemps ou le parfum qui monte du sol brûlant après la pluie en été. Ils sont le soignant qui relève le soigné, ils sont le fruit généreux et le cri des nouveau-nés?

Ils sont.
Certains jours nous vivons lâches, vils et méprisables.
Certains jours nous vivons généreux, superbes et triomphants : ces jours-là, nos morts sont derrière nous et nous poussent au sublime.
Ils sont ceux qui nous tiennent droits et qui transmettent au monde les bonnes directions du Monde."


[ Chronique ] • Air Froid • HP Lovecraft


Titre : Air Froid
Auteur : HP Lovecraft
Edition : J'entends des voix
Nombre de piste audio : 1 (durée : 00:25)
Genre : Fantastique, Horreur

Résumé :


Un jeune homme frileux, récemment installé dans un appartement new-yorkais, fait la connaissance d'un vieil homme qui apprécie particulièrement le froid...

Mon avis :

J'ai renouvelé l'expérience du livre audio. J'ai d'abord écouté la nouvelle, puis je l'ai écouté une nouvelle fois en lisant l'histoire sur la liseuse. 
Je n'étais passé à côté que d'un seul détail, et qui avait quand même son importance, étant donné que c'était le dénouement final.
J'ai trouvé cette fois-ci le lecteur bien moins intéressant. Un ton monotone et monocorde, sans émotion ni expression.. Quant à l'histoire, c'est bien la première fois que je lis quelque chose d'aussi vieux (1926) et que je l'apprécie.
Une nouvelle froide et glaçante, qui va à merveille avec la météo actuelle.

Je suis très tentée par poursuivre ma découverte de l'auteur avec d'autres lectures.


samedi 28 janvier 2017

[ Chronique ] • Le prophète • Khalil Gibran


Titre : Le Prophète
Auteur : Khalil Gibran
Edition : Le livre de poche
Nombre de pages : 120
Genre : Poésie, Philosophie


Résumé :

Durant toutes ces années, le prophète a côtoyé les collines, conversé avec les vents et murmuré au creux des arbres. Étranger au peuple d'Orphalese, il a pourtant appris à le connaître et à l'aimer. Or, à l'heure de repartir vers sa terre natale, il éprouve une grande tristesse. Car c'est au sein de ce peuple, grâce à tout ce que lui a insufflé ce lieu, qu'il a pu mûrir la sagesse qu'il va désormais dispenser. Et c'est à Orphalese qu'à l'heure de l'adieu, dans un ultime échange, il s'accomplit comme prophète. On l'interroge sur les grandes préoccupations humaines et, inlassablement, il chuchote sa réponse avec tendresse et compréhension, sans dogmatisme.

Mon avis :


Un guide de vie en 120 pages seulement.

Énormément, de sujets traités, avec beaucoup de sagesse, d'amour et d'humanité.
C'est un livre que tout le monde devrait lire une fois dans sa vie. Une véritable pépite.
Bouleversant de vérité et de justesse, il est très difficile d'émettre un avis, on aime, ou on n'aime pas ...

[ Chronique ] • Foutez-vous la paix • Fabrice Midal


Titre : Foutez-vous la paix et commencez à vivre
Edition : Flammarion
Nombre de pages : 188
Auteur : Fabrice Midal
Genre : Philosophique



Résumé :


Foutez-vous la paix !
Cessez d'obéir . Vous êtes intelligent
Cessez d'être calme . Soyez en paix
Cessez de vouloir être parfait . acceptez les intempéries
Cessez de rationaliser . Laissez faire
Cessez de vous comparer . Soyez vous-même
Cessez d'avoir honte de vous . Soyez vulnérable
Cessez de vous torturer . Devenez votre meilleur ami
Cessez de vouloir aimer . Soyez bienveillant


Mon avis :

Comme à chaque masse-critique privilégiée, je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Flammarion pour cet envoi.
Je n'ai malheureusement pas du tout accroché avec ce livre.
J'ai trouvé l'auteur trop centré sur lui-même, à la limite du nombrilisme. Légèrement saoulant avec les histoires de son vécu.
Je m'attendais à quelque chose de plus fluide et plus léger. Je me suis perdue dans les paragraphes interminables. Et il parle à mon sens beaucoup trop de méditation. Limite, on dirait que son livre est axé principalement sur ça. Et puis même, je ne suis pas du tout convaincue ni en accord avec ce qu'il peut dire.
J'ai essayé tant bien que mal de poursuivre en allant directement lire les chapitres qui pouvaient m’intéresser et au final, je n'ai pas du tout accrocher.
J'ai tout de même écouté son conseil, j'ai abandonné ce livre et je me suis fichu la paix !!










[ Chronique ] • La vie devant soi • Romain Gary


Titre : La vie devant soi
Auteur : Romain Gary
Edition : Gallimard Audio
Nombre de pages : 288
Nombre de pistes audio : 25 (durée 4h00)
Genre : Contemporain

Résumé :

Histoire d'amour d'un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive : Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que "ça ne pardonne pas" et parce qu'il n'est "pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur". Le petit garçon l'aidera à se cacher dans son "trou juif", elle n'ira pas mourir à l'hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré "des peuples à disposer d'eux-mêmes" qui n'est pas respecté par l'Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu'à ce qu'elle meure et même au-delà de la mort.

Mon avis :

C'est le premier livre audio que j'écoute sans avoir le livre sous les yeux. Petite, j'avais quelques livres audio, mais je suivais l'histoire sur le livre.
Je suis mitigée ++ sur ce "genre".
Les points positifs d'un livre audio :
- S'écoute en faisant le ménage, ou avant d'aller dormir.
- Ne fatigue pas les yeux, et Dieu sait que pour les personnes, qui comme moi, passent 7h00 par jour sur l'ordinateur, le soir, c'est juste super dur, entre la fatigue mentale et oculaire, de lire 100 pages.
- Les différentes voix et les bruits de fond, un régal. Ici, c'est la voix française de Bernadette LAFFONT qui fait Madame ROSA, et je l'avais tellement aimé dans Paulette, que je me suis régalée.
Les points négatifs d'un livre audio :
- J'ai l'impression de moins bien retenir l'histoire.
- Dur dur d'être frappée à la lecture de passage que l'on voudrait citer. Je trouve que c'est moins marquant.
Bref, je suis mitigée, mais j'ai quand même énormément apprécié l'histoire, les voix, les bruits de fond.
Quant à l'histoire, c'est donc le petit Momo, petit garçon arabe, qui a été confié petit à Madame Rosa, femme juive, et terrifiée rien que d'entendre sa sonnette retentir, pensant que les hommes d'Hitler vont venir la chercher. 
Cette femme récupère les enfants des prostituées et explique à Momo que sa maman est morte, parce qu'elle se défendait dans la vie, avec son cul. Un livre émouvant et très drôle, car le petit Momo emploie les termes de Madame Rosa et qui ne sont pas spécialement bien perçus dans la bouche d'un petit garçon, ou encore, totalement inapproprié à la situation. Par exemple, lorsque Madame Rosa est malade, Momo demande au médecin de famille, s'il ne peut pas l'avorter (de la maladie). Au fil des années où Momo vivra avec Madame Rosa, il va développer un réel amour pour cette mère adoptive et est vraiment prêt à tout pour elle.
J'ai beaucoup aimé cette lecture audio et vous la recommande

[ Chronique ] • 13 à table • Collectif



Titre : 13 à table
Auteur : Collectif
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 288 pages
Genre : Nouvelles

Résumé :


Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : l’anniversaire.

Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l’apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie.

Treize bougies à souffler sans modération.

Françoise Bourdin – Maxime Chattam
François d’Epenoux – Caryl Férey
Karine Giébel – Alexandra Lapierre
Agnès Ledig – Marc Levy
Agnès Martin-Lugand – Bernard Minier
Romain Puértolas – Yann Quéffelec
Franck Thilliez


Mon avis :


J'ai mis énormément de temps avant de commencer ce recueil de nouvelles et aussi énormément de temps à le terminer
J'achète d'ailleurs ce livre depuis maintenant 3 ans, et c'est le premier que je lis.
J'apprécie le fait de pouvoir lire les histoires dans le désordre, et j'apprécie aussi le fait qu'elles ne soient pas toutes sur le même thème.
Je trouve que c'est une très belle action. En revanche, je n'ai pas accroché du tout avec quatre histoires sur treize.


vendredi 23 décembre 2016

[ Chronique ] • Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi • Mathias Malzieu



Titre : Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi
Auteur : Mathias Malzieu
Editeur : J'ai lu
Nombre de pages : 151 pages
Genre : Conte


Victor Hugo

Résumé :

" Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu'est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? Qu'est-ce qui se passe pour toi là ? Du rien? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort ? " Mathias, une trentaine d'années mais une âme d'enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu'il rencontre sur le parking de l'hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 m, " docteur en ombrologie ", soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et rêver malgré la douleur... Il le fera grandir.


Mon avis :



Il est très difficile de rire de tout, et notamment de la mort, surtout lorsque celle-ci vous arrache un proche. Mais avec Mathias Malzieu, tout est si différent. Il nous conte ici sa plus profonde intimité, celle du décès de sa maman lorsqu'il n'avait que 30 ans. 
J'avais très peur en ouvrant ce livre, de ce que je pouvais y trouver. Avec Mathias, c'est l’ascenseur émotionnel, on passe très vite du rire aux larmes. Mais là, pas du tout, pas de larmes, quelques éclats de rire, beaucoup de sourires et de poésie. L'auteur reste égal à lui-même, juste parfait !

19h30 sonne le dernier souffle de sa maman, Mathias sort complètement perdu et vide sur le parking de l’hôpital et trouve dans sa poche, une petite montre avec les inscriptions suivantes : " pour vous aider à combattre la mort : Giant Jack, passeur entre les mondes, médecine par les ombres, spécialiste des problèmes de vie malgré la mort. Contact : chantonnez Giant Jack is on my Back ..."
C'est alors qu'il se met à chantonner l'incantation, et pop ... Giant Jack apparaît, comme le ferait le génie de la lampe d'Aladin. Giant Jack, 4m50, docteur en ombrologie, pour vous servir !
Le géant va alors lui offrir un bout de son ombre afin de le protéger, de boucher les plaies et de l'aider à vivre, avancer et faire son deuil.

" Tu vas avoir tendance à rapetisser sous le poids des choses, mais tu vas devoir grandir d'un seul coup, tu vas te claquer des scolioses de partout dans le corps et dans le cœur si tu ne te rééduques pas comme il faut, oui oui ! Il te faut de quoi te recoller les morceaux, oui oui ! Voilà ton ombre, garçon, fait-il en trifouillant quelque chose dans mes épaules. Ce n'est pas facile à traîner tous les jours, mais dedans, il y a de quoi te réparer de l'intérieur."

Giant Jack lui donne alors un bout d'ombre, pour combattre celle de sa maman, quelques conseils et trois livres.

"Les livres sont des accessoires non-accessoires pour se battre contre la nuit éternelle. Ils dorment dans mes poches, je ne les réveille que pour les prêter quand quelqu'un semble en avoir besoin."

"Chacun va se coucher avec des lames perdues enfoncées dans le crâne. Elles font mal comme des coups de soleil sur les yeux. Elles diffusent deux produits très toxiques pour la bande de cœurs troués qui se baladent dans cette maison : d'abord du vide visible, ensuite des souvenirs de vie de toi ici. Les deux cumulés, ça arrache la gueule."

" Je me résous à aller dans mon lit. Je prends mon assomnifère et j'ouvre le premier livre que m'a donné le géant. [...] L'effet de l'assomnifère n'est pas radical, je glisse dans mon ombre jusqu'au yeux, pour y voir bien noir même avec les yeux ouverts. Je crois que la mécanique de mes paupières est cassée, je ne peux plus les fermer."

Mathias va alors apprendre à vivre sans sa maman, "maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" comme il ne cesse de le répéter. Son ami Jack l'accompagnera durant une année entière, où ils vivront de belles aventures. Mais je ne veux pas gâcher l'histoire, je ne vous en dirais pas plus...

Ce récit est à la fois beau, magique, touchant, triste, drôle et tellement réel. Je suis soulagée de cette lecture qui apporte quelques réponses, même si elles sont poético magiques, à mes questions... Soulagée de pouvoir poser des mots sur mes sentiments et mes émotions.

" Tu ne vas pas te traîner une ombre de géant toute ta vie, hé ! Ne fais pas cette tête de chat écrasé, c'est une bonne nouvelle que je viens de t'annoncer."