mardi 20 avril 2021

[ Chronique ] • Femme Prêtresse • Alexandra Fryda Marty

 

Titre : Femme Prêtresse
Auteur : Alexandra Fryda Marty
Editeur : Leduc Eso
Nombre de pages : 256 pages
Genre : Féminin puissant, ésotérisme


Résumé :

Partez à la rencontre de votre prêtresse intérieure !

À l’origine, la prêtresse était celle qui se consacrait au culte d’une divinité. Intimement reliée aux cycles de la nature, elle incarnait pleinement sa spiritualité et honorait la Déesse sous toutes ses formes. Initiée par deux prêtresses américaines, Alexandra Fryda Marty dévoile les 13 archétypes féminins qui vous permettent d’accueillir et de réunir toutes les facettes de votre féminin sacré.

  • Réactivez votre mémoire ancestrale des 13 archétypes du féminin : Femme sauvage, Guérisseuse, Alchimiste, Doula, Amoureuse, Visionnaire…
  • Intégrez les énergies spirituelles associées à chaque archétype : attributs, zones d’ombre, symbole, saison zodiacale, pouvoirs…
  • Accomplissez le parcours initiatique des 13 lunes grâce aux nombreux rituels.
  • Rejoignez l’élan de sororité et faites émerger une nouvelle génération de prêtresses !


Mon avis :
 
Et si je te disais que tu n'es pas seulement une femme. Mais que tu peux être toutes celles que veux être, sans avoir à te cantonner à seulement un choix. 
Ces 13 femmes, représentent les 12 signes du zodiaque et la prêtresse, ou encore les 12 lunaisons, et la 13e. 
Ces 13 femmes, qui habitent en toi, sont ta force et ta puissance. Tu peux leur donner leur place au fil des saisons, des lunaisons. 

Tu peux être une et toutes à la fois.

Pars donc à la découverte de :

 La Guerrière
 L’Amoureuse
 La Muse
 La Mère
 La Femme Sauvage
 La Guérisseuse
 L’Épouse
 L’Alchimiste
 La Femme Sage
 La Doula
 La Visionnaire
 La Mystique
 La Prêtresse

Grace à ce livre, et aux 13 archétypes du féminin, tu pourras partir à la conquête de ton être. Rassemble-toi et réunis toutes ces femmes en toi pour exercer à nouveau ta puissance féminine. Retrouve rituels méditatifs, phrase d'empuissancement, symboles, alliés et éléments liés à chaque archétype, et bien d'autres encore.

Un livre très bien écrit, expliqué et conçu. Rédigé pour être utilisé chaque année, au fil des mois qui s'écoulent. J'ai vraiment adoré cette lecture, et y reviendrai chaque mois, afin de travailler avec l'archétype féminin du moment. A l'heure où j'écris ces mots, je vais aller prendre soin de la guerrière qui sommeille en moi.

Merci aux éditions Leduc éso pour cette magnifique découverte.

mercredi 14 avril 2021

[ Chronique ] • Le bazar du zèbre à pois • Raphaëlle Giordano

 


Titre : Le bazar du zèbre à pois
Auteur : Raphaëlle Giordano
Nombre de pages : 290 pages
Editeur : Plon
Genre : Contemporaine / Développement personnel


Résumé :

« Je m'appelle Basile. J'ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j'ai toujours eu l'impression de venir d'une autre planète ? Je n'ai pourtant pas compris tout de suite de quel bois j'étais fait. Peut-être plus un bois de Gepetto que de meuble Ikea.»

Basile, inventeur, agitateur de neurones au génie décalé, nous embarque dans un univers poético-artistique qui chatouille l’esprit et le sort des chemins étriqués du conformisme. De retour à Mont-Venus, il décide d’ouvrir un commerce du troisième type : une boutique d’objets provocateurs. D’émotions, de sensations, de réflexion. Une boutique « comportementaliste », des créations qui titillent l'imagination, la créativité, et poussent l'esprit à s'éveiller à un mode de pensée plus audacieux ! Le nom de ce lieu pas comme les autres ? Le Bazar du zèbre à pois.

Giulia, talentueux « nez », n’en est pas moins désabusée de cantonner son talent à la conception de produits d’hygiène. Elle rêve de sortir le parfum de ses ornières de simple « sent-bon » et de retrouver un supplément d’âme à son métier.

Arthur, son fils, ado rebelle, fâché avec le système, a, lui, pour seul exutoire, ses créations à ciel ouvert. Il a le street art pour faire entendre sa voix, en se demandant bien quelle pourra être sa voie dans ce monde qui n’a pas l’air de vouloir lui faire une place.

Trois atypiques, trois électrons libres dans l’âme. Quand leurs trajectoires vont se croiser, l’ordre des choses en sera à jamais bousculé. C’est à ça que l'on reconnaît les "rencontres-silex". Elles font des étincelles... Le champ des possibles s’ouvre et les horizons s’élargissent.
Comme dans un système de co-création, ils vont "s'émulsionner les uns les autres" pour s'inventer un chemin, plus libre, plus ouvert, plus heureux....

Louise Morteuil, elle, est rédactrice en chef du Journal de la Ville et directrice de l’association Civilissime. Elle se fait une haute idée du rôle qu’elle doit jouer pour porter les valeurs auxquelles elle croit : Cadre, Culture, Civisme… Choc des univers. Forte de ses convictions en faveur du bien commun, elle se fait un devoir de mettre des bâtons dans les roues du Bazar du zèbre à pois…

Une galerie de personnages passionnés, sensibles et truculents, des embûches et surprises, des objets aussi magiques que poétiques, de l'adversité et de l'amour, l'art de se détacher des entraves par l'audace, de se libérer de la peur en osant... Le nouveau roman de Raphaëlle Giordano donne l’envie de mettre plus de vie dans sa vie et de s’approprier la philosophie phare et novatrice du zèbre : « l'audacité ».


Mon avis :

Enfin un livre qui aborde de manière simple et agréable les êtres humains avec une personnalité atypique, dite "zèbre".

C'est le titre du livre qui m'a principalement attiré, mais je me suis refusé de lire la quatrième de couverture afin de garder la surprise totale quant au contenu de ce roman feel-good.

Quelle belle surprise de voir que je ne m'étais pas trompée sur le thème du livre et que cette atypie est parfaitement décrite et contée.

La seule chose qui m'a un peu dérangée, est la relation amoureuse quelque peu mièvre entre Basile et Giulia. Une histoire semblable, à mon sens, à celle qu'on lit partout et j'aurais aimé y lire un petit truc en plus, un petit quelque chose qui ne ressemble pas à toutes les histoires d'amour, pour ces deux êtres ne ressemblant à aucun autre.

En bref, une chouette découverte dans l'ensemble. J'ai passé un agréable moment de lecture. Je choisis délibérément de ne pas parler de l'histoire à proprement parler puisque je trouve que la 4e de couverture en révèle suffisamment. Il faut tout de même laisser un peu de surprise et de suspens au lecteur.


jeudi 8 avril 2021

[ Chronique ] • Les rituels d'éveil de la femme sacrée • Daisy & Julie BODIN

 


Titre : Les rituels d'éveil de la femme sacrée
Auteur : Daisy et Julie Bodin
Illustratrice : Christine Chauvey
Editeur : Eyrolles
Nombre de pages :160


Résumé :


Entre rituels, roue de médecine et feu sacré, libérez l'enchanteresse et dansez votre féminité sauvage !


Vibrez aux rythmes de la Terre-Mère et de l'astre Lune et autorisez-vous à suivre vos intuitions afin de vivre pleinement votre sorcellerie merveilleuse et si féminine !


Réveiller votre Moi authentique, avec ses parts d'ombre et de lumière, accueillir vos aspirations les plus pures, œuvrer en conscience vers le retour de votre féminin divin... Tel sera l'objet de votre voyage à découvrir au fil de ces pages. Cet ouvrage aux illustrations inspirantes s'utilise tel un grimoire de sorcières : chaque jour, un rituel libère l'étincelle mystique et puissante de votre nouvelle vie. Cette reconnexion s'harmonise avec les lunaisons de la Femme-Lune, les sagesses de la Femme Sacrée et les saisons de la Femme-Sorcière. Mantras, autels et ateliers vont rythmer ce parcours initiatique.


L'éveil de votre spiritualité repose sur cette libération des émotions, l'expression de votre créativité, pour que chaque geste réalisé en conscience vous apporte une paix intérieure et vous aide à ouvrir tous les champs des possibles de l'"ici et maintenant".


Mon avis :

C'est avec une joie immense que je retrouve les plumes de Gaïa au cœur de leur dernier ouvrage, toujours magnifiquement illustré par la talentueuse Christine Chauvey. 

Les rituels d'éveil de la femme sacrée, c'est un grimoire de sorcière qui reprend tout un tas de rituels que tu pourras effectuer au long de l'année. Les rituels liés à chaque lune mensuelle, ou encore à la femme sacrée, avec une particularité bien précise pour chacun d'entre eux, et pour finir les rituels de la femme sorcière avec lesquels tu pourras célébrer SamhainImbolc ou encore Litha, et d'autres encore. 

Encore une fois, j'apprécie la beauté des illustrations, et la douceur qui se dégage de ce livre. Mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est de pouvoir utiliser ce livre au quotidien, tout au long de l'année.

Ce merveilleux grimoire est à retrouver aux éditions Eyrolles

mercredi 7 avril 2021

[ Chronique ] • Et que ne durent que les moments doux • Virginie Grimaldi

 


Titre : Et que ne durent que les moments doux
Auteur : Virginie GRIMALDI
Nombre de pages : 339
Editeur : Fayard
Genre :  Roman Contemporain


Résumé : 

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.


Mon avis :


Ça ne le fait pas, de pleurer en faisant une pizza...

Alors j'ai ravalé mes larmes, j'ai fermé les yeux, comme pour les retenir très fort et leur ordonner de repartir en sens inverse. Puis j'ai écouté, jusqu'au dernier mot prononcé par le narrateur, les derniers mots de l'auteure.

Et que ne durent que les moments doux ...

Puis j'ai compris, que c'était fini. Qu'il était temps de dire au revoir à Lili, Charline, Thomas et Élise, et aux autres ... Je me suis sentie très seule et abandonnée, là, à faire ma pizza, à me demander comment faire sans eux, maintenant ... Puis les larmes ont coulé.

Décidément ça ne le fait pas de pleurer en faisant une pizza ...

Comme toujours, les romans de Virginie déclenchent en moi un flot d'émotions. Je passe du rire aux larmes en une fraction de seconde. Elle aborde la prématurité du nourrisson, avec amour, douceur, rires et larmes, et de savoir qu'elle retransmet seulement son vécu et que les personnages de son roman ont vraiment existés, rend tout cela encore plus poignant. Même le personnage le plus exécrable ne paraît pas si horrible que cela quand il est décrit par Virginie. Que j'aime ses mots, son humour, sa finesse, sa joie de vivre, sa façon d'écrire. Que j'aime cette femme, pour tout ce qu'elle me permet de vivre et ressentir à travers ses romans.

Je ne me lasse jamais de la lire, et si seulement, je pouvais oublier ses livres une fois lus, je pourrai alors les redécouvrir à nouveau à chaque fois.

Laissez-vous transporter par la vie, par cette merveilleuse histoire, qui ne se raconte pas, mais se lit (ou s'écoute ...).
L'humilité, la douceur, le fragile espoir, la sourde angoisse que révèle ce roman sont magnifiquement dépeints.
Il aura laissé derrière moi un grand vide, et une pizza particulièrement salée... Merci Virginie.

lundi 15 mars 2021

[ Chronique ] • La quête : Ouvre les ailes de ton cœur et envole-toi ! • Peggy Ebring



Auteur : Peggy Ebring
Titre : La quête : Ouvre les ailes de ton cœur et envole-toi !
Nombre de pages : 338
Genre : Feel-Good, Roman Initiatique, Développement Personnel
Edition : Auto-édité


Résumé :

Nancy ne se pose pas de questions sur l’équation de sa vie. Sa fille à ses côtés, une brillante carrière, une forme de bonheur et d’équilibre. Femme au caractère bien trempé, elle croit tenir d’une main ferme les rênes de sa vie.
Mais les fêlures apparaissent peu à peu. Trahison, mensonges… De château fort, sa vie devient un champ de ruines. Armée de son courage et de son envie de vivre, elle partira en quête de vérité. Ce voyage la mènera bien plus loin qu’elle ne l’aurait imaginé, dans un monde empreint de magie et de mystère qui ébranlera ses certitudes et sa vision de la vie. De révélations en déchirements, elle trouvera la force de faire face à ses démons, et découvrira les secrets de sa propre vie, clé de voûte de sa renaissance.


Mon avis :

Contactée en fin d'année dernière par l'auteure, j'ai accepté de découvrir son livre et à première vue, je suis littéralement tombée amoureuse de la couverture.

Lumineuse, colorée, solaire, fleurie, me rappelant cette île que j'affectionne particulièrement : la Martinique.

Peggy est auteure, conférencière et coach de vie intuitive, et nous propose ici de découvrir son roman initiatique.

Ayant l'habitude des romans feel-good, j'ai eu relativement peur de tomber dans un roman cliché : un personnage détestable qui finalement se rend compte de ses erreurs et devient quelqu'un d'extraordinaire ... Oui, mais non !! Ici, nous avons Nancy, qui certes, est bel et bien une femme détestable, mais aussi très attachante. Nancy mène sa vie d'une main de maître, divorcée du père de sa fille, Angélique, dont elle a la garde partagée, elle a une bonne carrière, qui lui rapporte beaucoup d'argent et de responsabilités et surtout très peu de temps pour elle et sa vie privée. Mais Nancy a également un cancer, une fille qui déserte la maison pour vivre avec son père, et c'est très étrangement qu'elle va découvrir qu'elle a été adoptée.
Nancy va alors partir à la recherche de ses parents biologiques, tenter de percer les secrets et mystères dont elle est victime depuis toujours, et va surtout partir en quête de celle qu'elle est véritablement au fond d'elle.

J'ai adoré cette femme au sale caractère, à la limite insolente et hautaine, mais également touchante et très drôle. J'ai aimé sa volonté de connaître la vérité et de se battre pour la vie. J'ai été touchée par sa fragilité et sa vulnérabilité cachée derrière cette énorme carapace qu'elle s'est construite au fil de sa vie.

J'ai trouvé que l'approche psychologique et spirituelle à ses problèmes est très intéressante. J'ai apprécié de voir que le féminin sacré et le Tao étaient de la partie. Pour une fois, que l'on cherche à reconnecter une femme à son essence divine dans un roman ... Merci Peggy !

Pour travailler dans l'énergétique, je reste convaincue que l'on peut soigner beaucoup de choses en changeant sa façon d'être, de penser, et de voir la vie. Que ce soit par la pensée positive ou encore la loi d'attraction. Et c'est ce qui fait que je suis totalement convaincue par les procédés de guérison et de reconnexion à soi, dont profite notre héroïne.

En revanche, je suis restée sur ma faim... L'épilogue est vraiment trop court et j'aurais préféré lire un vrai chapitre sur le retour de Nancy dans sa vie de tous les jours. Et pourquoi pas un épilogue qui reprend la morale de l'histoire.

Une très bonne lecture, un très bon moment et des conseils pertinents ! Un livre qui amène à réfléchir et à se remettre en question. Une bien jolie découverte, merci Peggy 


mardi 9 mars 2021

[ Chronique ] • Nouvelle Terre, Nouvelle Humanité • Virginie Tanguay

 


Titre : Nouvelle terre, Nouvelle humanité
Auteur : Virginie TANGUAY
Nombre de pages : 205
Genre : Esotérisme
Edition : Leduc Eso


Résumé :

Nous traversons collectivement un changement profond, à l’origine de troubles physiques, psychiques et émotionnels. Alors que nous sommes au cœur de ce tumulte, Virginie Tanguay nous explique le processus de transformation qui est à l’œuvre : notre planète, Gaïa, est en train de monter en vibrations et accède à une dimension supérieure.
Pour accompagner cette ascension qui nous impacte et nous adapter à cette nouvelle fréquence vibratoire, il convient de suivre le flux de l’Univers et d’ouvrir notre champ de conscience. C’est en nous épurant intérieurement et en suivant notre intuition, que nous parviendrons à nous éveiller spirituellement. Virginie Tanguay nous mène ainsi sur le chemin de cette Nouvelle Terre qui émerge sous nos yeux et nous aide à mieux vivre cette période de transition.

Mon avis :

Un excellent ouvrage pour toi, âme novice dans le monde de l'éveil spirituel.

Tu te poses beaucoup de questions sur ta place sur terre ? 
Ta mission de vie et d'âme ? 
Ces changements que tu traverses et vies depuis plusieurs années ? 
Tu commences à percevoir le monde de l'invisible, du subtil et le développement de tes capacités t'effraie ou te questionne ? Ce livre est écrit pour toi !!!

Très contente et emballée par cette nouveauté chez Leduc Eso.
Les propos de l'auteure ont conforté ce que je pense et ressens depuis de nombreuses années. J'ai trouvé la lecture fluide et très agréable. Il se lit plutôt vite et facilement.

Étant dans une spiritualité assez développée et depuis de longues années, je n'ai, par contre, pas appris énormément. 
En revanche, ce livre est très complet et intéressant pour toute personne qui se questionne sur la spiritualité, le monde ésotérique, nos vibrations, l'univers, le karma et bien d'autres sujets.

Une jolie découverte pour ma part, et j'espère que ce livre aidera de belles âmes dans leur cheminement vers l'éveil spirituel.

mardi 16 février 2021

[ Chronique ] • Déesse du Tao • Aisha Sieburth




Titre : Déesse du Tao
Auteur : Aisha Sieburth
Editeur : Leduc.s Pratique
Nombre de pages : 328
Genre : Féminin Sacré, Développement personnel


Résumé :


LE TAO, NOUVELLE VOIE D'ÉPANOUISSEMENT DU FÉMININ SACRÉ


Le Tao est en Chine ce qu’est l’Ayurveda est en Inde : un principe fondamental, à la base de toute chose. Le tao est l'énergie, la force fondamentale qui engendre tout ce qui existe dans l'Univers. Il est représenté par l’unité précieuse yin-yang, ce savant équilibre qui nourrit toute énergie de vie.
Depuis de nombreuses années, Aisha Sieburth a développé l’art subtil du « Tao du Féminin Sacré » comme un processus de transformation d’auto guérison qui nous aide à révéler notre puissance intérieure féminine. Elle aide les femmes à se reconnecter à leurs ressources innées, oubliées ou occultées, et partage pour la première fois cet enseignement sacré et précieux.
Comment éveiller notre énergie féminine ? Comment relier notre corps, notre esprit et notre cœur ? Et comment, enfin, accéder au pouvoir guérisseur de l’énergie sexuelle, véritable Alchimie ? Aisha Sieburth délivre dans cet ouvrage un programme d’outils d’éveil d’énergie vitale qui permet à chacune de mieux se connaître, de se réaliser dans sa force tranquille et de prendre sa juste place.


Mon avis : ♥♥♥

 
" Se rendre disponible à soi, c'est ce que la pratique du Tao nous invite à faire "


C'est avec beaucoup de curiosité que j'ai lu ce livre puisque j'entendais parler du Tao depuis pas mal de temps sans vraiment me pencher dessus, et ... WAHOU ! Ce livre est d'un enseignement et d'une richesse incroyable ! Je m'étais offert à la fin du premier confinement un cahier des défis de Lilou Macé et Aisha Sieburth, sur l'éveil de son féminin par le Tao, mais je n'ai pas eu le temps de l'ouvrir.


Je n'ai donc lu aucun autre livre sur le Tao, je n'ai donc aucun point de comparaison, mais si je devais recommander un livre, ce serai celui-ci. Il est très très complet, riche en exercices pratiques et en connaissances. J'ai appris énormément de choses sur ce que sont vraiment le Yin et le Yang, sur la façon d'équilibrer cela, d'équilibrer son couple intérieur , son Yin et son Yang, pour ne plus être dans une dépendance affective avec l'autre, mais être plutôt dans une relation adulte responsable, consciente et authentique. Ou justement comment repérer les déséquilibres et travailler dessus. 

J'ai compris également qu'elle était mon énergie et pourquoi, et surtout quand j'en suis venue à " Ok, alors comment arranger cela ? " Eh bien, j'ai trouvé les réponses !! Et ce ne sont pas des réponses approximatives, mais bien claires et précises ! 

J'ai également appris sur l'alimentation, sur nos énergies Yin et Yang en fonction des éléments (eau, terre, air, feu) et des saisons.

Il est également question dans ce livre, de soi ! De l'intériorisation, de se nourrir et se sourire à soi-même comme évoque l'auteure. Et c'est une chose que je travaille énormément puisque pour moi, la seule personne capable de nous aimer et de prendre soin de nous, ne peut être que nous-même ! L'année 2020 a d'ailleurs été très marquante en matière d'intériorisation...

La respiration, l'ancrage, ou encore le massage et la gestion des émotions sont des sujets abordés dans ce livre. Je ne veux pas trop en révéler pour pouvoir vous laisser la surprise lors de sa lecture.

Ce livre est pour moi une réelle source d'inspiration et je suis ravie de retrouver à l'intérieur certains conseils que je peux donner en tant qu'énergéticienne.

Voilà, mon premier coup de cœur de 2021. Un livre à offrir, à s'offrir, à déguster, à lire et relire, et que je ne manquerai pas de garder à portée de main.

Merci aux Editions Leduc pour cette superbe découverte, et en route vers l'éveil du Tao 

mardi 26 janvier 2021

[ Chronique ] • Fière d'être moi-même • Gaëlle Prudencio

 


Titre : Fière d'être moi-même
Auteur : Gaëlle Prudencio
Editeur : Leduc
Genre : Témoignage
Nombre de pages : 174


Résumé :

« Ici, je vous raconte ma liberté retrouvée, celle d'être moi-même dans une société dans laquelle on nous exhorte sans cesse à être quelqu'un d'autre et à entrer dans des cases.»

Très engagée, Gaëlle Prudencio s'inscrit dans cette nouvelle vague de femmes qui osent prendre la parole et défendre le féminin dans une société où les injonctions sociales sont omniprésentes et vectrices de nombreux complexes physiques. À travers cet ouvrage, elle nous raconte son histoire inspirante : son enfance au Sénégal et en République démocratique du Congo, son arrivée en France, son parcours de régimeuse et d'entrepreneuse... Un véritable guide qui nous dévoile tous les secrets d'une combattante pour affronter et surmonter le regard des autres, se réconcilier avec son corps, se l'approprier et s'affirmer.


Mon avis :

" Fière d'être moi-même " est le livre que toutes les femmes (au minimum) doivent lire.

C'est une excellente découverte pour moi. Gaëlle, jeune femme de 34 ans, d’origine béninoise et de nationalités sénégalaise et française, revendique haut et fort ses formes généreuses. Elle les aime et prône l'acceptation de soi et le body positive.

Son livre nous parle donc de comment se positionner et s'accepter lorsque nous ne rentrons pas dans la norme que la société souhaite imposer.

Gaëlle, que je suis depuis la découverte de son livre sur les réseaux sociaux, c'est cette jeune femme pétillante, qui ne se cache pas du regard de l'autre et qui s'en moque éperdument. C'est cette femme qui s'aime telle qu'elle est sans se flageller à longueur de journée sur ses potentiels défauts et complexes. C'est cette femme qui a décidé qu'elle était bien comme elle est, bien dans sa peau, que cela plaise ou non !

C'est une femme joviale, avec un rire communicatif ! Voilà pourquoi vous devez principalement faire sa connaissance ! Car elle vous fera oublier tous vos tracas.

Gaëlle nous fait part d'un long combat face au poids, de son blog où elle parle d'acceptation de soi et de body positive, et pourtant .. Combien de fois s'est-elle acharnée à vouloir en perdre, alors que ce n'était pas tant que cela en accord avec elle-même, avec ses choix, ses valeurs. Elle pointe du doigt les clichés sur les "gros" : "les gros n'ont pas de vie sexuelle", "les gros sont de mauvaise volonté", ... Et j'en passe, les paroles blessantes des nutritionnistes, qui peuvent finalement être plus destructeurs qu'autre chose, la grossophobie, les contradictions comme prôner le body positive mais chercher finalement à maigrir et être dans un yoyo permanent, les kilos émotionnels...

Elle aborde également cet important problème pour s'habiller en France, acheter de la lingerie fine et jolie avec un bon maintien, des culottes de règle à sa taille, etc.

Puis vient le moment de nous faire part des réapprentissages qu'elle a du faire : cuisiner, manger, vivre, s'écouter, se respecter, s'aimer...

Voilà, son livre, c'est tout ça ! C'est s'accepter telle que l'on est, c'est s'aimer, s'écouter, se respecter, se battre pour ses valeurs, se moquer du regard des autres, faire bouger les choses en écrivant ses articles de blog et en créant sa marque de mode grande taille. 

Le livre de Gaëlle, c'est un bonbon sucré et acidulé qui fond sous la langue, et dont on se dit " Oh non pas déjà " lorsqu'il est terminé..

Merci pour cette dose d'espoir, de douceur et d'optimisme. Merci pour la lumière qui se dégage de ton être ! Ca fait du bien !

Un ouvrage à lire et relire ...




lundi 9 novembre 2020

[ Chronique ] • Ukeireru • Scott Haas

 





Titre : Ukeireru
Auteur : Scott Haas
Éditeur : Leduc.s Pratique
Genre : Développement Personnel
Nombre de pages :



Résumé :

LE BONHEUR EXISTE, IL SE CACHE DANS L'ACCEPTATION DE CE QUI EST !

L’Ukeireru est un concept philosophique-clé du Japon : c’est l’acception comme source de bien-être et de satisfaction. Sur plusieurs thèmes du quotidien qui nous touchent et en s’appuyant sur des rituels et cérémonies (du thé, du café, du moment sacré du bain…), Scott Haas partage avec nous des astuces pour intégrer à notre vie quotidienne occidentale des éléments de la culture et de la pensée japonaise. Il nous aide ainsi à accepter le monde tel qu’il est tout en essayant de grandir et de changer nous-mêmes.

Au cours de ses voyages au Japon, Scott Haas a aussi compris et ressenti que son bonheur dépendait moins de la satisfaction de son propre désir, que du fait de prendre soin des autres. La relation aux autres est une clé indispensable dans notre quête du bonheur et l'auteur nous montre donc comment nous ouvrir encore plus aux autres pour rayonner et diminuer ainsi notre stress et notre anxiété. Accepter ce qu'on a, goûter à la joie simple d'échanger et d'être en lien, oui, c'est possible et c'est là où le bonheur se cache !


Mon avis :

J'ai toujours eu cette attirance pour le Japon, en tant que thérapeute Reiki, et c'est donc avec beaucoup de bonheur que j'ai fait connaissance avec Ukeireru - L'acceptation à la Japonaise.

Nous voilà donc plongés au cœur de la culture nipponne, à découvrir au travers de ce livre tout un tas de rituels que font ou mettent en place les Japonais et qui diffèrent des nôtres. 

Par exemple l'art du bain, l'art du silence, le sommeil, la nature, présenter ses excuses, se présenter, donner sa carte de visite, etc ... J'ai adoré voir ces comparaisons entre nos deux cultures bien différentes, bien que l'auteur ne soit pas français. Cela m'a également permis de voir " l'envers du décor" et de me rendre compte de certaines injustices, ou encore de l'ouverture d'esprit des Japonais. 

Le chapitre sur le sommeil m'a vraiment fait bondir, car criant de vérité, sur leur fonctionnement professionnel et le fait qu'un patron préfère payer son employé à dormir une heure plutôt que de revoir tout le fonctionnement professionnel. C'est toute la culture d'un pays qui me semble à revoir, en tout cas à ce niveau.

Il y a des choses que j'envie beaucoup au système japonais, leur façon d'intérioriser et leur humilité, et d'autres que je ne souhaiterai pas vivre.

Ce livre m'a beaucoup plu, je ne l'aurai jamais lu en temps normal et je serai passée à coté d'une très belle découverte. (merci les éditions Leduc)

L'intérieur du livre est vraiment très beau. Chaque sujet abordé est découpé en chapitre.

Le seul point négatif à mon sens est cette répétition sans cesse de mots japonais, ce qui alourdit la lecture. Il faut donc soit maîtriser la langue, soit retenir la définition de tous les mots utilisés, soit noter ou revenir en arrière et je trouve cela dommage.

C'est en tout cas quelque chose qui me dérange dans n'importe quel livre qui utilise ce même fonctionnement et n'a donc pas de lien direct avec cet ouvrage-ci.

Bref, en clair, cette lecture m'a permis de m'évader et de voyager avec plaisir au Japon le temps de quelques pages ...

 "On peut vivre dans le monde tel qu'il est, mais cela n'empêche pas de tout faire pour créer le monde tel qu'il devrait être."


[ Chronique ] • Le Corgi de la Reine d'Angleterre • David Michie

 


Titre : Le corgi de la Reine d’Angleterre
Auteur : David Michie
Edition : Leduc.s Pratique
Genre : Développement personnel
Nombre de pages : 232 pages


Résumé :


Nelson est un jeune corgi qui vient tout juste d'être adopté par Sa Majesté La Reine d’Angleterre ! Alors qu'il fait ses premiers pas hésitants dans les palais et différentes maisons royales, il va découvrir un monde fastueux et grandir grâce à de nombreuses rencontres enrichissantes.

Il se lie d'amitié avec deux autres chiens, Margaret et Winston. Et c'est en écoutant les nombreuses conversations du palais lors des dîners et autres événements qu'il se crée peu à peu sa propre vision du monde.

Alors qu'il devient plus grand et plus fort, il grandit aussi intérieurement grâce à toutes ses rencontres, aux entretiens auxquels il assiste et aux discussions qui lui permettent d'appréhender certaines notions abstraites, telles que la spiritualité, l’importance de voir au-delà des apparences, et autre petites leçons de vie du quotidien.

Plongez sans tarder dans les aventures de Nelson pour découvrir le monde à hauteur de truffe !


Mon avis :


Je découvre cet auteur, à travers ce roman. Il est vrai que j'ai vu passer certains de ces autres livres, avec d'adorables chatons en couverture, mais je n'ai jamais sauté le pas.


Concernant ce roman, il fallait oser .. Le pari me semblait risqué et ... Je n'ai clairement pas adhéré du tout.

C'est un total flop pour moi. Je crois que je m'étais fait une idée de ce livre avant même de le lire. (je pense notamment au livre "une vie de chien" de Peter Mayle que j'ai lu plus jeune.)

Si l'histoire me parait mignonne, sur un joli fond de morale, de douceur et de spiritualité, je n'ai absolument pas adhéré. Non pas parce que l'auteur donne la parole à des chiens, mais plutôt pour ce côté Royauté Anglaise.

Je fais un blocage depuis toujours pour l’Angleterre, la Reine, ses enfants, petits enfants, etc. C'est un pays qui ne m'attire pas du tout et la Royauté ne m’intéresse absolument pas. Et oui, je ne suis pas de ceux et celles qui cherchent à connaître la vie de Kate dans la presse people. 

À tel point, que je dois reconnaître que je n'ai aucune connaissance sur qui est qui. Tout ceci a donc rendu ma lecture difficile, pour ne pas dire horrible. Je me suis très très vite perdue dans les personnages, je confondais les noms des animaux, avec ceux de la famille royale, ou encore avec la ville. Il m'a fallu faire de nombreux retours en arrière et finalement, je me suis lassée. 

Je trouve ça vraiment dommage, car dans un autre cadre et contexte, l'histoire de Nelson aurait pu me plaire. Je me suis prise d'affection pour ce petit chien à l'allure différente, mais le reste de l'histoire m'a totalement découragée et m'a fait l'effet d'une douche froide.

Je ne déconseille pas pour autant ce roman. En effet, si vous êtes fan de l'Angleterre et de sa monarchie, alors cette histoire est susceptible de vous plaire.


jeudi 5 novembre 2020

[Chronique ] • Et si la méditation était la solution • Mathieu Brégégère

 


Titre : Et si la méditation était la solution
Auteur : Mathieu Brégégère
Editeur : Editions Leduc.s
Nombre de pages : 192 
Genre : Développement personnel


Résumé :

LE GUIDE INDISPENSABLE POUR METTRE EN PLACE LA MÉDITATION AVEC VOS ADOS !
Mathieu Brégégère garde un mauvais souvenir de l’école. Grâce à la méditation, il a pu dépasser ses failles en les acceptant. Dans ce livre, il revient sur son expérience et délivre les clés fondamentales pour que chaque ado puisse trouver sa propre voie en dépassant les nombreux
obstacles de cette période troublée (stress, angoisse, hypersensibilité, manque de confiance...).
•    Les grands principes de la méditation
•    12 méditations guidées et détaillées
•    Un cahier pratique avec les questions d’ados et leurs réponses sous l’angle de la méditation
•    Des conseils pour les parents et les professionnels qui accompagnent les ados au quotidien


Mon avis : ♥♥♥♥♥


Et si la méditation était la solution ?


Cette question que je me suis posée tant de fois. Et si la méditation était enseignée aux enfants, dès leur plus jeune âge ? Et si la méditation ne faisait qu'un avec les adultes ? Et si chaque personne commençait sa journée en méditant ? Et si les gens pouvaient apprivoiser leurs peurs, stress et doutes grâce à cette pratique ... Que deviendrait notre monde ?


Y aura-t-il moins de violence, moins de peine et moins de colère ? Pourrions-nous atteindre cet état de sagesse dont les moines bouddhistes font preuve ? Pourrions-nous arrêter cette société où tout va trop vite et où nous ne prenons plus le temps de vivre et d'apprécier les bonnes choses ?


Lorsque Mathieu, l'auteur, m'a contacté pour avoir mon avis sur son livre, je ne vous cache pas que j'étais d'une part super heureuse et fière et d'autre part assez angoissée à l'idée que son livre ne réponde pas à mes attentes puisqu'il vise tout de même la méditation pour les adolescents. Au fil de nos discutions, puis de ma lecture, j'ai appris à découvrir l'homme qui se cache derrière l'auteur, et cette rencontre, fut un véritable coup de cœur. Tant pour l'auteur que pour l'écrit. Nous avons échangé sur nos parcours de vie, sur son livre, sur la méditation, et un tas d'autres choses que j'ai apprécié.


Son livre se découpe en 4 parties ! La première partie étant sa biographie. La deuxième, nous rentrons dans son enseignement de la méditation à des adolescents. Au-delà d'avoir aimé le graphisme intérieur de son livre, j'ai surtout beaucoup aimé ces petits encarts anecdotiques, sur la rencontre entre les lycéens et la méditation. J'y ai compris une chose essentielle : la méditation pourrait être la solution à l'apaisement des adolescents. Mathieu a une façon d'être simple et ludique d'enseigner cet art. En troisième partie, vous pourrez retrouver des méditations à lire ou à écouter grâce à des enregistrements réalisés en studio (Application Marque-page) et en dernière partie, une boite à outils, où l'auteur traite les questions des adolescents qui reviennent le plus souvent en y apportant des réponses claires et simples ainsi que des conseils pour les parents.


Ce livre est un véritable coup de cœur, que je recommande à tous les adeptes de la méditations et aux parents d'adolescents. C'est avec beaucoup de douceur, de simplicité et de bienveillance que Mathieu vous fera part de son enseignement et de ses conseils. 

Un livre à l'image de l'auteur, simple, doux et avec un grand cœur.

mardi 20 octobre 2020

[ Chronique ] • Honjok • Francie Healey et Crystal Tai

 


Titre : Honjok
Auteur : Francie Healey et Crystal Tai
Editeur : Editions Leduc.s
Nombre de pages : 160
Genre : Développement personnel


Résumé :


Le terme « Honjok » désigne les personnes qui ont choisi de pratiquer des loisirs solitaires, de profiter de leur indépendance et d’embrasser la solitude. Les Honjok rejettent les valeurs sociales collectives, préférant célébrer l’individu avant la communauté. Ce livre nous fait découvrir ce mode de vie et nous invite à une réflexion sur la beauté de la solitude.


Mon avis

Alerte Coup de Coeur !!


Honjok, prononcé "Hon-jouk" désigne un mode de vie coréen. Hon veut dire seul, et jok signifie tribu. En clair, les Honjok sont des tribus d'une personne.

Et je suis super fière de vous annoncer que je suis une Honjok ! Je remercie du fond du cœur les éditions Leduc pour cette belle découverte.

Grace à cette lecture, j'ai enfin pu poser un nom sur mon besoin de solitude depuis l'enfance. Ce livre a été pour moi une bouffée d'air frais en plus d'être une véritable révélation. 

Je n'ai connu que peu de coup de cœur livresque cette année et cette lecture en fait partie. Sans compter l'apparence physique du livre... Mon Dieu, quelle merveille ! Il faut vraiment le voir pour comprendre.

Honjok, c'est l'art de la solitude. Honjok c'est apprécier le calme et le silence, apprécier de faire des choses seul avec soi-même, apprécier sa propre compagnie, apprendre à se connaître, véritablement.

Honjok c'est entrer en intériorisation avec soi-même pour faire sa propre connaissance.

" Le Honjok est une invitation à savoir qui l'on est en dehors des normes sociales et culturelles établies."

J'entends depuis mon plus jeune âge, par mes proches, que je dois me sociabiliser, apprendre à vivre en "communauté", avec les autres, à sortir, à voir du monde et ne pas rester enfermée chez moi. J'entends parfois dire que la " solitude " n'est pas une vie, que c'est dur à la longue ... 

Mais ... Moi, je n'ai jamais trouvé cela difficile ! Et en tant qu'hypersensible et hypersensorielle, j'ai toujours apprécié ma compagnie, apprécié le calme, apprécié me ressourcer seule et recharger mes batteries.

La façon dont on ressent la solitude dépend de l'idée que l'on s'en fait. Vous pouvez par exemple, être très bien entouré et vous sentir seul au monde, ou à l'inverse être peu entourée et ne pas ressentir cette solitude. C'est l'absence de liens, plutôt que l'absence de personnes qui donne le sentiment de solitude.

Je suis toujours partie du principe que pour être bien avec les autres, il fallait se sentir bien tout seul. Je n'aime pas cette idée de dépendance : avoir besoin de quelqu'un pour aller au restaurant, au cinéma, faire du shopping, etc. ... Je n'ai clairement aucun problème avec le fait de partir seule en vacances, à l'autre bout du onde, ou non, ou encore à aller regarder un film ou à manger au restaurant toute seule. J'apprécie ma propre compagnie et j'en ai longtemps eu honte, de peur de paraître prétentieuse. Alors merci pour cette lecture, car elle m'a permis de lâcher prise sur ceci et de me déculpabiliser.

" L'isolement est la pauvreté de soi, la solitude est la richesse de soi."

Cette lecture explique également les différences entre une personne honjok et entre l'image du solitaire. Elle abordera les thèmes de dépendance, interdépendance et indépendance, ou encore l'introversion et l'extraversion, en s'appuyant sur des phénomènes scientifiques du corps humain. Vous y retrouverez également quelques tests, afin de savoir dans quel cas vous vous situez.

Je pourrai écrire pendant des heures au sujet de ce livre. Honjok vous apprendra à écouter vos émotions, et vos sentiments. Il vous parlera de votre empathie et votre sensibilité. Vous y trouverez aussi des conseils pour mieux-vivre la " solitude " ... Bref, une pépite que je recommande grandement à ceux qui ont peur de la solitude et à ceux qui l'aiment.

Très heureuse de cette superbe découverte.

" Tout ce que j'ai aimé, je l'ai aimé seul. EDGAR ALLAN POE"

mardi 13 octobre 2020

[ Chronique ] • Nouvelle mère • Cécile Doherty-Bigara



Titre
: Nouvelle Mère 
Auteur : Cécile Doherty-Bigara
Nombre de pages : 190
Éditeur : Leduc.s
Genre : Témoignage
 



Résumé :

Que restera-t-il de ces premières années où je suis devenue mère ? Je ne veux pas les oublier. Ces premières années, ces cicatrices dans mon cœur, le début de l’apprentissage. J’étais bien là. Ça s’est vraiment passé. J’aime cette femme, celle qui a traversé tout ça. Elle mérite tout sauf l’oubli. Elle mérite que toutes les lumières soient braquées sur cet exploit. Que tout le monde regarde. Que tout le monde sache.

Mon avis :

Si vous vous attendez à un éloge de la maternité, ce livre n'est pas fait pour vous. Cécile nous dépeint une toute autre vérité des deux premières années de vie de son fils. Sa vérité à elle. Une vérité qu'elle ne veut pas oublier, parce que les mères oublient ... Elles oublient ce qu'elles ont vécu et combien elles ont eu des difficultés les premières années. Cette vérité qui va plaire, mais aussi déplaire, et peut-être même choquer voir agacer. 

Pour être tout à fait franche, je suis passée par toutes ces étapes et je vais vous dire pourquoi ...

Cécile explique d'entrée, que son conjoint et elle, veulent une éducation féministe pour leur enfant. Ils décident donc de partager l'intégralité des taches en deux, hormis l'allaitement, qui n'est bien entendu, pas possible pour le papa. Ils essaient aussi de parler de la charge mentale qui pèse, sur les épaules de chacun et de démontrer également, que non, un enfant n'est pas plus proche de sa mère que de son père, il est simplement proche de celui qui s'occupe de lui et qui le consolera au mieux. Que féliciter un papa qui s'occupe bien de l'enfant n'est pas acceptable. Un papa qui s'occupe de son enfant, c'est normal, c'est aussi sa responsabilité de père. Un homme qui gère la maison n'aide pas sa femme, il participe à l'entretien de son lieu de vie. 

L'auteure démonte au fil du livre, toutes les vieilles croyances et le patriarcat. Elle pointe du doigt toutes ces choses auxquelles une femme doit renoncer lorsqu'elle devient mère, le deuil de sa vie d'avant, le fait de se bloquer le dos à porter son fils pendant des heures. Est-ce ok de se bloquer le dos pour porter son enfant ? Est-ce ok de se priver de tel aliment parce que son fils l'aime, de devoir se faire passer après et se remettre ainsi en question, en se disant que ... Moi aussi, j'ai de la valeur. "Mon fils, tu es important, mais moi aussi, je suis importante ... "
Le sentiment d'être nulle des nouvelles mères, parce que l'enfant n'a pas voulu manger, dormir, être porté, etc. Ces petits morceaux d'elle, qu'elle laisse aux quatre coins de sa maison chaque fois qu'elle vit une situation compliquée.

Elle désigne également ces fausses images que nous renvoie la société. La mère-parfaite, la mère-businesswoman, la mère dont l'enfant est parfait, et toute cette honte et cette tristesse de ne pas faire partie de ces mères-là. Elle nous raconte combien garder une vie sociale fut difficile. Elle qui a mis sa vie en pause pour son enfant, au point de rester enfermée et de ne pas sortir. " De trop arrêter sa vie et disparaître derrière son enfant ... " Est-ce ok de sortir alors qu'on vient à peine d'être mère ? Mais est-ce ok de ne plus rien faire de sa vie parce que l'on vient d'être mère ... ? " Est ce vrai ? Qu'une mère ne peut prouver son amour pour ses enfants qu'en cessant petit à petit d'exister ?"

J'ai eu du mal sur certains passages, qui m'ont mis très très mal à l'aise. Elle reproche clairement à sa famille de ne pas être là pour eux, de ne pas les aider, de ne pas avoir déménagé ... Mais pour moi lorsque tu fais un enfant, tu dois assumer, ce n'est pas à ta famille de gérer ton enfant. Même si je conçois que cela puisse aider et soulager, mais écrit comme cela, j'ai trouvé ça très injuste. Et puis par exemple, elle compare ses doutes, peurs et sa charge mentale avec ceux de son conjoint, et j'ai eu par moments l'impression de lire une étrange manipulation du style - je me sens mal, donc tu dois culpabiliser et te sentir mal toi aussi avec moi - ou - moi, je trouve que c'est dur de vivre en couple, et si pour toi tout glisse et que ça ne l'est pas, c'est que tu n'es pas présent dans l'instant et ne fais pas attention ... - Et, je ne suis absolument pas d'accord avec ça. Chacun vit sa parentalité comme il le peut et en aucun cas le conjoint doit se sentir mal ou coupable, parce que l'autre l'est pour telle ou telle raison. Chacun est en droit de vivre bien sa vie de couple, de trouver son/sa partenaire agréable et de ne pas avoir de difficultés à vivre avec. Par moments, je ne savais plus si je lisais un témoignage de plainte, si la maternité avait rendu notre auteure au bord du burn-out, voir littéralement dépressive. C'est vraiment quelque chose qui m'a dérangé. Autant où je suis d'accord avec beaucoup de sujets qu'elle aborde et où cela amène à réfléchir, autant où passer 200 pages de jérémiades, c'est un peu trop pour moi. N'ayant pas d'enfants, j'ai parfois même eu à l'esprit de ne jamais en faire, tellement son histoire me dégoûtait de la maternité et m'effrayait.

J'ai été également assez déçue de la fin, où elle dit par exemple qu'une nouvelle mère ne mérite par les cheveux gras, l'air négligé ou les restes de repas froid, car il ne faut pas gâcher (je suis ok là-dessus.) mais qu'elle devrait être une reine, adulée, recouverte de miel, vénérée, marchant derrière la poussette fière avec le port altier ... Et quand on sait ce que cela veut dire ... Personnellement, je n'aurai pas envie d'être cette mère arrogante, fière, hautaine et orgueilleuse, sous le principe que je suis une mère. Non vraiment ça me dérangerai de me sentir au-dessus des autres, parce que je suis une mère ... Et je cite ''il n'y a que quand je suis vénérée, que je suis à ma place". Quand on sait que notre auteure est aussi professeure de yoga, je trouve ces paroles complètement contradictoires à cette pratique. Et pour finir dans le registre des flops pour moi, les fins de journées où elle se retrouve au lit avec son conjoint, et se force à avoir une discution avec lui pour savoir comment était sa journée, en écrivant noir sur blanc, que ces conversations ne sont pas nécessairement agréables, mais qu'elles sont nécessaires. Que ce sont juste leurs façades qui se parlent. Un peu tous les jours, afin de rester réels l'un pour l'autre. Et là, j'ai pensé fortement à l'homme qui partage ma vie, et avec qui je discute chaque soir au coucher, et à la peine que ça lui ferait s'il lisait que ces conversations ne sont pas agréables, mais juste nécessaires, afin que l'on ait un semblant de vie ... 

Je suis donc très partagée sur cette lecture. J'ai aimé certaines parties féministes qui nous amènent à réfléchir et repenser le rôle de chacun dans la parentalité. Mais il y a clairement pas mal de petites choses qui m'ont refroidi, et pas tant sur la maternité, mais plutôt l'expression et la façon de penser de l'auteure :(

" La seule chose que je sais, c'est que tant que j'ai cru que notre amour devait être évident, facile, agréable pour moi, j'ai souffert. Notre amour est la sueur sur mon front. Et ça tombe bien, parce que tu m'as rendu sacrément forte."